Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas son sucre et il ne le sait pas. Et pour cause, un emballage vèglaj trompe le consommateur. Le Galion se moque du peuple martiniquais ! Que dit la CTM  qui fait partie des 16 membres du Conseil d’administration de ce machin dont un des élus, Richard Barthelery en est le Président ? Que dit la Chambre d’Agriculture qui a l’a déjà fermé sur l’empoisonnement au Chlordécone ? Que dit la Ville de Fort-de-France ? Que dit la ville du Lamentin ?  La Préfecture est aussi membre du Conseil d’Administration de la SA d’Economie Mixte de Productions sucrière et Rhumière de la Martinique, que dit le Préfet ? Il pourrait nous inventer une affiche, avec la canne à sucre cette fois, pour nous alerter !

 

Le tour était presque bien joué. Le Galion a choisi de faire un siyak sur le packaging pour mieux tromper les consommateurs qui découvrent aujourd’hui avec le rappel des sachets retirés de la vente pour cause de « présence de corps métalliques » que le sucre martiniquais n’est pas martiniquais !

Et pour cause : comment différencier d’un coup d’œil un sachet de sucre Galion aux mêmes couleurs, « fabriqué et conditionné » en Martinique, d’un sachet de sucre Galion « conditionné » venu d'ailleurs ?  

Il faudrait faire la différence du produit entre le sachet de 1kg et celui de 2 Kg pour découvrir que le sucre martiniquais n’est pas martiniquais ?

Voir le siyak à travers la variation des couleurs du sachet trompeur ?

Qui en achetant ce sucre « Galion » prend un sachet entre ses mains pour vérifier que l’un des deux faux jumeaux n’a pas la petite image de la canne à sucre et qu’il est indiqué « conditionné » ?

Parce qu’en prenant un sachet de 2 kg, du sucre Galion on doit lire et s’assurer que le sucre du Galion est bien du sucre du Galion de Martinique ?

Les dirigeants du Galion (S.A.E.M P.S.R.M.) dirigé par Philippe André, ne peuvent ignorer que leur emballage ne permet pas au consommateur de choisir entre le sucre venu d’on ne sait où et celui annoncé fabriqué en Martinique. Posé l’un à côté de l’autre on ne fait pas la différence à moins d’être un expert en tromperie sur emballage.

L’entreprise ne donne aucune information sur ces « corps étrangers métalliques » ni sur les risques pour les consommateurs qui auraient déjà consommé du sucre provenant des lots suspects de mars 2020.

Le Galion a adressé un communiqué à ses fournisseurs le 3 Mars, reste à savoir si les petits commerces et boutiques de quartier en ont été destinataires.

Quels sont ces fournisseurs extérieurs qui fournissent du sucre au Galion ?

Le consommateur a le droit de savoir d’où proviennent les produits qu’il utilise dans son alimentation. Au pays des empoisonnés, nous en sommes plus soucieux et la présence d’élus de notre pays au conseil d’administration de cette entreprise, devrait au moins nous garantir cette exigence de sécurité.

Pourquoi n‘avoir jamais communiqué sur ce sucre venu d’ailleurs et dissimulé dans des sachets « Galion » presqu’identiques et expliquer aujourd’hui à « France Info »  que « Le sucre non produit en Martinique que nous vendons fait l’objet, comme vous le savez, d’un emballage spécifique » ?

Ton sucre n’est pas ton sucre et ton sucre ne le sait pas !

Et pire, ce responsable précise à la chaine public : Rien ne permet d’affirmer que le sucre que nous avons reçu sur les derniers mois provient bien de cette ligne de conditionnement concernée, et donc que le sucre que le galion vous a vendu sur les derniers mois serait concerné par cet incident. » Bonjour la confiance pour le consommateur !

Peut-on encore acheter des produits du Galion qui nous indique sur le sachet qui serait d’ici : 

« Le sucre du Galion est le gardien de la tradition du sucre de canne de la Martinique. Ses valeurs énergétiques en font le compagnon quotidien de vos besoins énergétiques. Le sucre du Galion est le produit naturel de la terre et du soleil de la Martinique. »

Ay kwè sa pou yo kriéw kwata !

Lisa David

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

« Des médecins cubains pour lutter contre la pénurie de professionnels en Martinique. » annonçait la presse début juin 2019.  Près d’un an plus tard, les médecins du Ce

Claudine Bajazet, maire de la commune de Sainte-Rose en Guadeloupe,  ne laissera pas les enfants et les familles de sa commune, Sainte-Rose, livrés aux décisions d’un P

Le maire du Prêcheur, Marcellin Nadeau, annonce clairement son choix, celui de protéger la santé de la population de sa commune, donc les écoles ne rouvriront pas.

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

La Poste distribue des masques p

L’affaire des violences policières infligées au jeune militant anti-Chlordécone, Kéziah Nuissier, le 16 janvier 2020 devant le commissariat de Fort-de-France, entrera d

Au nom de la Confédération des Moyennes et Petites entreprises, Manuel Baudoin fait des propositions pour affronter la seconde vague de la pandémie du Covid 19 en Martinique, où les décisions appar

Il aura fallu la mobilisation de l’Assaupamar rejointe par d’autres militants écologistes et activistes, pour que le maire de Schœlcher sache que dans sa ville on massa

Pages

« < 1 2 3 4 5 »