Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Caraïbes

Le 24 ème festival de Jazz de Sainte-Lucie du 30 avril au 9 mai, propose comme chaque année des artistes de renommée internationale et divers genres musicaux. Le public qui se rendra à Pigeon Island  et dans les autres lieux du festival, aura la chance de voir et écouter, en tête d’affiche l’américano-canadien Robin Thicke, le chanteur de reggae jamaïcain Beres Hammond et avec deux autres jamaïcains, Chronixx et l’immense Jimmy Cliff, le festival sera très reggae, mais pas seulement. La touche Jazz sera toujours là, avec entre autres, le pianiste antillais Alain Jean-Marie.

Il y en aura pour tous les gouts : le Cubain Jon Secada et pour la touche Salsa, Timbalive, le groupe cubain de Miami. Les amateurs de rap pourront siffler avec le rappeur américain Flo Rida. La touche Jazz avec en haut de l’affiche Alain Jean-Marie, sera  aussi assurée par les musiciens locaux. Le festival sera l’occasion de faire découvrir au monde, l’art et la culture de Sainte-Lucie, a annoncé Lorne Théophile, ministre du tourisme, du patrimoine et des industries créatives.

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

L'écologiste, le Dr Dr Wayne Kublalsingh a entamé son 22e jour de grève de la faim à Trinidad et son état de santé commence à inquiéter dans le pays. Les c

Jean-Philippe Nilor n'en finit plus de devoir justifier ses faits et gestes, tellement celles et ceux qui se sont habitués à la trahison en politique, ou pire à la prat

Le Fonds des ambassadeurs des États-Unis pour la préservation culturelle (AFCP) déclare avoir accordé une subvention de 25.000 dollars à une équipe d’archéologues bénév

Pages

« 246 247 248 249 250 »

Articles récents

Le rapport de la Cour des Comptes qui révèle une utilisation plus que suspecte de l'argent public par le CEREGMIA (Centre d’Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique

Margaret Papillon est née sous la dictature Duvaliériste.

Un vent de scandale souffle sur l’Université Antilles Guyane depuis que le rapport 2012 de la Cour des Comptes,  consacré à la gestion de l’UAG sur la période 2005-2010,  a été connu.

Pages

« < 246 247 248 249 250 »