Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Des faits de maltraitance sur une enfant dans un centre de protection de l’enfance, ont été filmés et diffusés sur les réseaux sociaux au cours de cette dernière semaine d’août 2020. Au-delà de l’émotion provoquée, cette diffusion a fait réagir les médias dans le pays. Martinique la 1ère a montré ces images et invité sur le plateau de son 19h, l’élu responsable à la Collectivité Territoriale de Martinique de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE), Francis Carole. Si les réseaux sociaux ont permis de provoquer enfin une réaction de la Collectivité qui a mis fin à l’agrément de l’Association La Sainte Famille, qui n’a pas su protéger les enfants, ces faits sont récurrents, très anciens et très graves. L’élue Louise Telle, qui a eu le courage de signaler des faits d’agression, rappelle les réactions irresponsables qui ont accompagné ses alertes : « Je ne compte plus les interventions que j’ai faites devant vous collègues de l’Assemblée, au nom de la commission, au sujet des faits graves de maltraitance qui se déroulent, assez régulièrement, dans la MECS de Gaschette dont, je vous rappelle, que la tutelle administrative et financière est exercée par la CTM. Mes interventions ont été si nombreuses et les réponses qui m’ont été faites ont été si décevantes et parfois, agressives, les manquements administratifs signalés ont été si peu suivi d’effet que, collègues, je me demande vraiment, aujourd’hui, à quoi servent les élus de la Commission en charge de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ?! Cette léthargie par rapport à cet établissement est si récurrente que l’on peut se poser toutes sortes de questions !»

Les habituels cancans politiques l’ont emporté sur l’intérêt des enfants.

Déclaration à l’Assemblée Plénière
suite à l’agression physique du samedi 26 
septembre 2020 à Gaschette.

 

Ce n’est pas une décision qui aura été prise à partir de ce dernier événement qui m’empêchera de vous faire, aujourd’hui, cette déclaration. D’ailleurs, en attendant que les services juridiques lancent la procédure, en attendant qu’un repreneur soit trouvé, en attendant que ce repreneur rentre en fonction, pendant ce temps de transition, quelles sont les mesures immédiates urgentes qui seront prises pour sauvegarder la sécurité des enfants ?

Je ne compte plus les interventions que j’ai faites devant vous collègues de l’Assemblée, au nom de la commission, au sujet des faits graves de maltraitance qui se déroulent, assez régulièrement, dans la MECS de Gaschette dont, je vous rappelle, que la tutelle administrative et financière est exercée par la CTM.

Mes interventions ont été si nombreuses et les réponses qui m’ont été faites ont été si décevantes et parfois, agressives, les manquements administratifs signalés ont été si peu suivi d’effet que, collègues, je me demande vraiment, aujourd’hui, à quoi servent les élus de la Commission en charge de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) ?! Cette léthargie par rapport à cet établissement est si récurrente que l’on peut se poser toutes sortes de questions !

Jugez vous-mêmes, lorsqu’il m’a été dit, PV à l’appui, le 19 décembre dernier, lors de la plénière, quand je signalais la dramatique agression sexuelle dont a été victime un garçonnet de cet établissement, que c’était « lamentable que cet incident soit utilisé dans les affrontements politiques, lamentable, mesquin et insignifiant... »

Aujourd’hui, suis-je encore dans l’excès de politique lorsque j’attire l’attention de l’Assemblée sur les graves faits de maltraitance physique qui ont eu lieu dans ce même établissement le samedi 26 septembre 2020, agissements qui ont été publiés sur les réseaux sociaux et dans la presse.

Mais je dois à la vérité, que chaque fois que j’ai eu à exprimer mon indignation ou de simples observations au sujet de Gaschette, j’ai toujours trouvé oreille attentive de la part du PCE.

Pour évaluer la gravité des faits, je signale à l’Assemblée que cet établissement dispose, actuellement, de deux fois plus d’encadrement que d’effectifs d’enfants, une fois de plus, nous constatons la mauvaise gestion de cet établissement par sa gouvernance et sa direction ainsi que le manque de contrôle adéquat des services compétents de la CTM. J’en ai pour preuve, la lettre d’injonction du PCE en date du 31 Octobre 2018n’a pas fait l’objet d’un contrôle conforme aux dispositions du Code de l’Action Sociale.

Que l’on ne vienne pas nous dire que les problèmes existent depuis 30 ans !

Parce que, jamais, en si peu de temps, on a enregistré d’aussi graves maltraitances qui d’ailleurs, ont tendance à se répéter.

Qu’a -t-il réellement été fait de tangible, alors qu’il existait des préconisations depuis l’audit de 2017?

Chers collègues, ne pas tenir compte des successives alertes de notre commission par rapport à l’inadmissible situation de cet établissement relève, tout à la fois, de la non-assistance à enfants en danger et au non-respect de la démocratie due, légitimement, aux élus. Cela aussi est, proprement, inadmissible.

Je vous remercie


L.TELLE Le 01/10/2020

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le TCSP qui n’en finit plus d’être opportunément essayé, a été mis en circulation sur les routes où les travaux commencés depuis nanni-nanan ne sont toujours pas achevé

La décision a été prise par le Conseil d’Administration de Martinique Transport, suite à un vote l’unanimité, moins 4 abstentions, de prolonger la marche à blanc du TCSP mais avec passagers et grat

Prétextant la sécurité des journalistes lors de l’expulsion de zadistes lundi 9 avril, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, a i

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »