Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Le soulèvement antiraciste qui secoue la planète donne au mot de Césaire un air de prophétie. À force de crimes impunis, de mauvais traitements couverts par des pouvoirs complices, il s'est trouvé inévitablement un dérangé pour commettre « l'assassinat de trop », celui qui transforme la victime en martyr emblématique et les indigné-e-s en révol- té-e-s dont l'action impétueuse menace heureusement les structures oppressives du système dominant. 

Nous, les « descendants du plus grand génocide de l’histoire », sommes bien placés pour comprendre que les assises de ce monde ont été construites en grande partie sur le sang et les souffrances, le rapt et le pillage des peuples afro descendants. 

Toute notre histoire est un long cri contre le racisme. Un racisme consubstantiel à la domination de classe parce que forgé pour la justifier. Poignée de maîtres esclavagistes contre masses esclavagisées, gros planteurs békés contre ouvrier-e-s agricoles « nègres » puis « nègres » et « coolies », grandes majorités "de couleur" en lutte contre le racisme, pour l'école, pour des salaires décents, pour des droits démocratiques contre des minorités blanches jouissant des privilèges de la fortune et de la peau. 

Chez nous comme ailleurs la lutte contre le racisme ne saurait se contenter des discours sur « la tolérance », « l'acceptation de l’autre ». Certes ces valeurs sont aussi indispensables que la rééducation des racistes et des xénophobes. 

Mais à tout cela il faut ajouter la lutte déterminée pour renverser les structures économiques, sociales, politiques qui nourrissent et ré-alimentent en permanence la bête immonde du racisme. 

Tant que la terre, le commerce, la finance, les usines, les places dirigeantes dans les institutions administratives ou autres, les relations incestueuses avec le pouvoir politique seront le monopole quasi absolu de minorités ayant la " bonne couleur de peau", alors les préjugés refleuriront. Les puissants continueront alors d’utiliser le poison du racisme pour diviser les opprimés. 

La bonne nouvelle c'est que des millions de femmes et d'hommes de toutes les couleurs accèdent aujourd'hui à la conscience que ça ne peut plus durer, que quelque chose de fondamental doit changer dans l'organisation du monde. 

Il est triste que l'histoire humaine ait souvent besoin de martyrs pour avancer. George Floyd n'avait pas choisi de s'immoler. Il voulait simplement respirer sortir de dessous la botte d'un nazillon protégé par le chef actuel des suprématistes qui trône encore à la Maison blanche. 

Le nom de George Floyd restera t-il dans la grande histoire humaine comme celui grâce à qui toutes les victimes de la chiourme commenceront à se dresser pour respirer ? Cela ne dépend que de nous, les femmes et les hommes épris de justice. Il n'y a plus une minute à perdre. L’heure n’est plus aux lamentations même si pleurer est humain. L’heure est à l’action pour mettre fin à toute oppression, à toute domination. 

Philippe Pierre Charles 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Alfred Marie-Jeanne, Président du Mouvement Indépendantiste Martiniquais, condamne le "génocide grandeur nature en Palestine".

Le Premier ministre, Kamla Persad Bissessar, a effectué une visite inattendue à l'environnementaliste Dr Wayne Kublalsingh, qui a été admis dans

Le Premier ministre de Sainte Lucie, Kenny Anthony, a rejeté une demande du Foreign Office de renoncer à la peine de mort, dans le cas de l'assassinat d'un hôtelier britannique, Oliver Gobat.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Il n'avait échappé à personne aux Antilles ou dans les aut

Dans un récit autobiographique, Camille Kouchner brise un silence de 30 ans sur des viols commis sur son frère jumeau par leur beau père, Olivier Duhamel.

Pages

1 2 3 4 5 »