Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Si les indignés de la destruction des statues de Victor Schloelcher se comptent à la pelle, on les a peu ou pas du tout entendus pour critiquer l’affiche indigne publiée par la Préfecture de Martinique. Stanislas Cazelles a choisi d'exprimer publiquement son mépris aux Martiniquais, son racisme colonial, à travers une affiche traitant des gestes barrières pour se protéger d'une pandémie mortelle, le Covid-19. Le silence des élus et responsables politiques face à ce torchon préfectoral n’étonne même plus. Dans un courrier adressé au ministre de l’Intérieur, la CGT dénonce un « racisme d’Etat » : « Les mots d’excuse du préfet indiquant que « l'unique objectif (du message) était de montrer l'importance de la distanciation face à l'épidémie » sont à mille lieux de la réalité : il s’agit d’un racisme. Comment interpréter autrement le choix de communication du représentant de l’État auprès de la population martiniquaise ? L’État, à travers ce message, témoigne du mépris de son représentant. Quelle infantilisation ! Quelle image asservissante ! Imagine t-on un seul instant le préfet d’Alsace demandant aux citoyen-nes locaux de se tenir à 3 choucroutes de distance ou à celui de Bretagne à 4 crêpes ? »

 

Monsieur le Ministre,

M. Christophe CASTANER Ministre de l’Intérieur Place Beauvau
75 008 Paris cedex 8

Paris, le 25 mai 2020

page1image22607744 page1image22602752

Le préfet de Martinique, Stanislas Cazelles, a fait publier sur le compte Twitter de la préfecture de ce département d’outre-mer une affiche demandant aux personnes de respecter une « distanciation physique de 1 mètre ou 5 ananas » dans le cadre de la lutte contre le Covid 19.

Connaissant bien les mécanismes administratifs internes aux préfectures, la CGT Intérieur sait qu’il ne peut s’agir d’une maladresse : le message a été validé par les autorités avant d’être diffusé.

Les mots d’excuse du préfet indiquant que « l'unique objectif (du message) était de montrer l'importance de la distanciation face à l'épidémie » sont à mille lieux de la réalité : il s’agit d’un racisme d’État.

Comment interpréter autrement le choix de communication du représentant de l’État auprès de la population martiniquaise ? L’État, à travers ce message, témoigne du mépris de son représentant. Quelle infantilisation ! Quelle image asservissante ! Imagine t-on un seul instant le préfet d’Alsace demandant aux citoyen-nes locaux de se tenir à 3 choucroutes de distance ou à celui de Bretagne à 4 crêpes ?

Produit de la macronie, tout juste nommé représentant de l’État en Martinique, ce préfet incarne au fond la manière dont la France perçoit ces territoires éloignés : des possessions territoriales et maritimes faisant de la France la deuxième puissance mondiale en la matière, dont les populations servent de caution à une politique de domination coloniale qui ne dit plus son nom mais l’incarne tout autant.

La CGT Intérieur vous demande de condamner le message discriminatoire du préfet de la Martinique et de veiller à ce que de tels propos/images soient à tout jamais bannis.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de nos salutations républicaines.

Pour la CGT-INTERIEUR Le Secrétaire général

David LECOCQ

 

 

 

 

 

 

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Le TCSP qui n’en finit plus d’être opportunément essayé, a été mis en circulation sur les routes où les travaux commencés depuis nanni-nanan ne sont toujours pas achevé

La décision a été prise par le Conseil d’Administration de Martinique Transport, suite à un vote l’unanimité, moins 4 abstentions, de prolonger la marche à blanc du TCSP mais avec passagers et grat

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

Des faits de maltraitance sur une enfant dans un centre de protection de l’enfance, ont é

Le CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires) a choisi un titre provocateur pour dire le racisme institutionnalisé en France, déjà prouvé par les contrôles au

Pages

« < 1 2 3 4 5 »