Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Carnal de Jacmel - Haïti

Culture 

Cette année encore, la ville de Jacmel au Sud-Est d'Haïti sera prise d'assaut le dimanche 23 février par des milliers d'Haitiens. Ils vont déferler de tout le pays comme de l'étranger pour assister à une parade unique en son genre. Un spectacle carnavalesque qui est l'un des plus créatif et surprenant de la caraibe.  Il se déroule traditionnellement une semaine avant les jours gras sur la principale artère de la ville.

On va au carnaval de Jacmel pour le plaisir des yeux. Les groupes costumés, masqués qui participent  au défilé savent encore nous émerveiller, nous étonner, nous charmer par l'originalité et la richesse de leur créations. Les artistes-artisans de Jacmel ne donnent aucune limite à leur imagination et à leur créativité pour la parade carnavalesque de leur ville.  Ils veulent chaque année épater, surprendre les spectateurs et ils y parviennent grâce à leur ingéniosité et leurs trouvailles artistiques apparemment sans limite. Ils créent pourtant avec trois fois rien. De l'argile, du vieux papier, de la colle d'amidon et de la peinture leurs permettent de réaliser toute sorte de déguisements.  Jacmel excelle en fait dans la technique du papier mâché et c'est la principale attraction de ce carnaval. De la superposition de couche de papier sur des moules en argile émerge une multitude de créations époustouflantes de formes, de volumes et d'originalité. Des dinosaures géants en passant par  la panoplie  d'animaux de la basse cour,  jusqu'aux monstres mythiques comme les diables, zombies ou dragons, le surréalisme est naturel à Jacmel et rien n'échappe à la créativité débordante des artisans. Que ces masques en papier soient sculptés pour prendre l'apparence de célébrités du monde, d'hommes politiques ou d'animaux, ces créations aux couleurs choisies avec goût semblent sortis tout droit des tableaux haïtiens. 

Le réalisme merveilleux prend forme à Jacmel. Nous en reparlerons !

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Articles récents

Le rapport de la Cour des Comptes qui révèle une utilisation plus que suspecte de l'argent public par le CEREGMIA (Centre d’Etude et de Recherche en Economie, Gestion, Modélisation et Informatique

Margaret Papillon est née sous la dictature Duvaliériste.

Un vent de scandale souffle sur l’Université Antilles Guyane depuis que le rapport 2012 de la Cour des Comptes,  consacré à la gestion de l’UAG sur la période 2005-2010,  a été connu.

Pages

« < 246 247 248 249 250 »