Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La grève des enseignants en Martinique qui dure depuis plus de deux mois, inquiète légitiment les parents qui pensent à la scolarité de leurs enfants. Il  y a celles et ceux qui comprennent, d'autres qui défilent dans les rues aux cotés des grévistes pour soutenir ce mouvement de contestation de la réforme des retraites pour appauvrir, mais aussi du Bac. D'autres parents qui souvent prennent l’école pour une garderie, s’énervent. A l'approche des élections municipales, certains maires tout en se déclarant solidaires, paniquent et veulent vite ouvrir les écoles. On les découvre brusquement soucieux de l'intérêt des enfants qu'ils laissent dans des écoles pas toujours bien entretenues et sécurisées. Depuis quelques jours des établissements scolaires sont vandalisés et on peut se demander à qui profite ces interventions nocturnes de destruction. Face à ce climat de défiance qui s’installe, Marcellin Nadeau, maire du Prêcheur, interpelle ses collègues, « avant que l'exaspération, l'épuisement, les incompréhensions et les crispations… ne viennent entacher une action jusqu'alors consensuelle.»

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Après 45 jours de grève les salariés du Parc Naturel, faute de négociation, réclament la désignation d’un médiateur pour qu’enfin soit réglé ce conflit qui a démarré su

Le 25 juin 1805, vente, pour 850,0 Mardi, le Président de la Collectivité Territoriale de Martinique, Alfred Marie-Jeanne, a fait appel aux forces de l'Ordre, pour fair

Le mouvement « Nuit debout » commencé sur la Place de la République à Paris, à l’issue des manifestations contre la Loi travail El Khomri du 31 mars, s’étend dans toute

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Au sein du PPM et parmi les sympathisants, le délire autoritaire de Ser

Les organisations syndycales CDMT CGTM CSTM FO FSU UGTM UNSA USAM, réagissent aux violences policières qui se sont produites devant le

Après les violences policières exercées sur un jeune manifestant, Kéziah Nuissier,  frappé violement par plusieurs gendarmes,

Maître Raphaël Constant, ne cache pas qu'il est un avocat militant. Il le précise. Dans les salles d'audience ou en dehors, il est connu pour sa liberté de parole.

Pages

1 2 3 4 5 »