Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

La propagation sur internet de vidéos à caractère sexuel mettant en scène des adolescentes, inquiète de plus en plus parents et éducateurs. Les Départements d’Outre-mer ne son pas épargnés par ce phénomène aux conséquences souvent dramatiques pour les jeunes dont les images acceptées ou volées sont diffusées. Le Député de Martinique Jean-Philippe Nilor a récemment, par une question écrite, interpellé la Garde des sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira. Une intervention dont se réjouit l’Association GPX Outremer qui avait alerté des responsables politiques.

Question écrite de Jean-Philippe Nilor

 

Communiqué de l'Association GPX OUTREMER (regroupement de policiers originaires de Guadeloupe, Martinique, Guyane, Réunion, Mayotte, Polynésie et Saint-Martin)

L'Association GPX OUTREMER, s'est rapprochée des personnalités politiques afin de les alerter au sujet du phénomène récurrent de diffusion et de partage sur les réseaux sociaux, de vidéos violentes ou à caractère pornographique et pédo-pornographique.

Ces vidéos mettent la plupart du temps en scène des adolescentes ainsi que des femmes facilement identifiables. Le plus souvent filmées ces dernières sont filmées à leur insu.

Dans nos régions d'Outremer, et plus singulièrement aux Antilles, à la Guyane et à la Réunion, si les individus qui participent à ces vidéos et ceux qui partagent ces vidéos sont difficilement rétraçables et peuvent rester dans l'impunité, les cibles sont en revanche "facilement identifiables".

Pour ces adolescentes, pour ces femmes, prendre un nouveau départ dans nos régions après avoir fait l'objet de ce genre de "Buzz" relève de l'exploit.

L'association GPX Outremer se satisfait de sa collaboration avec le député Jean-Philippe NILOR qui a, à travers une question écrite à Madame Christiane TAUBIRA, Ministre de la justice, Garde des Sceaux, souligne les carences des dispositions existantes ainsi que l'impérieuse nécessité d'amender la loi afin d’endiguer ce phénomène qui s'amplifie dans nos régions, protéger les victimes et renforcer les moyens d'intervention et de coercition vis à vis des contrevenants.

Cette réponse peut passer par une meilleure application de la loi, une meilleure prévention dans les établissements scolaires, un renfort de fonctionnaires avec des profils spécifiques liés à la cybercriminalité. Parce que nous devons de rester acteurs de ce qui se passe dans nos régions et ce où que nous nous trouvions ...

Jimmy TERRINE

Président de GPX OUTREMER

 

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

La décision du Tribunal de commerce de Fort-de-France d'accorder la cession des actifs de la SOCOPMA à la société MAIA (Marché Agricole d’Intérêt Antillais), pour la so

Il faut le vivre pour le croire. Les responsables de la chaine de service public et les responsables politiques prennent les Martiniquais pour des moutons de panurge.

Pages

1 2 3 4 5 »

Articles récents

Élections ou pas les brigades financières continuent à fouiller dans les magouilles politiques qui pourrissent le pays…

La Martinique va bientôt accueillir pour la première fois de son histoire une femme, au poste de Procureur de la République.

C’était Samedi 25 avril à Fort-de-France, le rassemblement condu

En grève depuis une semaine, les lycéens en classe de 2BTS MHR Management en Hôtellerie-Restauration du Lycée Nord Caraïbe de Bellefontaine ne savent plus à quel saint se vouer, face au lourd silen

Le Galion retire de la vente, de facon immédiate, du sucre venu d'ailleurs pour cause de présence de corps étrangers métalliques. Le Martiniquais découvre à cette occasion que son sucre n’est pas s

Pages

1 2 3 4 5 »