Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité
Marcel Ozenat

Bernard Hayot a fait preuve de solidarité envers les soignants de Martinique, que l'État a été incapable de protéger face au risque de contagion du Covid-19 . Il l'a fait comme de nombreux autres Martiniquais et entreprises du pays. GBH, son  groupe qui porte son nom est tentaculaire en Martinique, en Guadeloupe, en Guyane et à la Réunion. Dans ces pays d'outre-mer, il a bâtit sa fortune qui le classe parmi les plus riches de France. Il a donc offert des masques de protection aux trois premiers. Il a participé à la solidarité, comme les couturières qui fabriquent des masques pour l'hôpital, les restaurateurs qui offrent de bons repas aux soignants et la liste serait longue à détailler ici. Mais la plantation esclavagiste n'a pas dit ses derniers mots et les comportements de serviteurs zélés se reproduisent comme aux sombres temps de notre histoire; Georges Shin Oua Siron et Marcel Ozenat sont venus le rappeler en sortant leur plume pour glorifier un geste, qui dans la Martinique qui sait se serrer les coudes à chaque crise, n'a rien d'exceptionnel. Max Dorléans, militant du Groupe Révolution Socialiste (GRS), qui connait donc le pays réel, n'a pas pu se taire face à tant de flagornerie.

 

Alors que dans cette période de crise du Covid 19 on a besoin d’empathie et de discours de solidarité en direction d’abord de ceux et celles qui souffrent, les deux papiers publiés par Georges Shin Oua Siron (GSOS) et Marcel Ozenat (MO) en soutien à Bernard Hayot, et sortis à peu près en même temps, viennent apporter du désordre avec ce qu’ils disent. Soit !

En effet, en cette période historique de crise du Covid-19 aux conséquences catastrophiques de tous ordres, on sait combien la question des masques et tests constitue une question éminemment centrale. C’est d’ailleurs sur ces deux éléments que ce sont polarisées bien des critiques à la macronie pour n’avoir pas, dès le début de la crise, mis à la disposition des personnels soignants d’abord, et autres personnels ensuite, ainsi qu’à toute la population, ces outils matériels de protection, à côté des gestes de précaution.

Dès lors et aussi, toute action de quelque provenance que ce soit (association, collectivité, citoyen...), concourant dans cette période de pénurie de masques, à doter les soignants (et/ou autres) de ces instruments essentiels, mérite considération, et doit être saluée comme telle. Sans plus.

Dans ce contexte, et de ce point de vue, les deux papiers en question, véritables odes à Bernard Hayot, sont proprement scandaleux. Non pas pour le salut au geste d’un citoyen fortuné (et donc en capacité largement de le faire, comme peu être d’autres plus silencieux, et/ou à la différence d’autres plus pingres), ce qui est leur droit le plus total, mais pour l’instrumentalisation du geste dans un sens médiocrement « politicien », car proprement servile.

En effet, pourquoi, ici et maintenant, se fendre de textes qui ne sont en réalité que des papiers « à la gloire » d’Hayot, pour son rôle économique sous entendu, et pour son « attachement à ce pays Martinique ». Des papiers pointant un attachement que l’on retrouve d’abord et fondamentalement auprès de l’immense majorité de celles et ceux qui entendent voir respecter d’une part « ce pays Martinique », avec un territoire physique, avec sa nature et son écosystème malmenés et détruits pour les intérêts de quelques uns (Génipa et ailleurs), et d’autre part et avant tout, sa population en grande majorité en prise croissante à des difficultés de tous ordres, du fait du système économique capitaliste dominant, à l’origine de la richesse des capitalistes et autres nantis, comme Hayot, Parfait et autres...

Pourquoi ici et maintenant fustiger l’idée de la nécessaire « réparation », et servilement sombrer dans une forme de génuflexion associant, dans un inadmissible mélange des genres esclavage, culture, patrimoine et réparation.

Non, GSOS et MO, c’est votre droit le plus légitime, comme celui de quiconque, d’être des défenseurs zélés d’Hayot ou autres capitalistes, d’être des défenseurs de ce système, tout en flagellant « ceux n’ayant pas fait grand-chose pour le pays ». Sauf que toutes celles et tous ceux qui n’ont pas fait grand-chose pour le pays, Hayot et autres capitalistes les ont « heureusement » trouvé pour exploiter leur force de travail à la base de leur richesse, de leur puissance et de leur pouvoir.

Alors, ici et maintenant, dans cette période difficile et incertaine de crise du Covid 19, avec ses morts et toutes ses souffrances, vous auriez dû nous exonérer de vos papiers malsains, car empreints de larbinisme et de génuflexion.

Car l'heure aujourd'hui est bien à l'élimination de ce système capitaliste dont la crise du Covid-19 n'est qu'un révélateur. Et à la mise en œuvre immédiate d'un plan sanitaire accompagné du volet social réclamé depuis belle lurette par le personnel hospitalier, et qui ne fait pas les salarié/es et la population payer la crise dont Macron et les siens - et les gouvernants avant lui- sont responsables. Ce qui signifie qu'il faudra bien prendre l'argent où il est, c'est à dire auprès des grandes entreprises du CAC 40, des plus riches comme Arnault, Bettancourt et autres Hayot, au moyen, pour commencer, d’un impôt exceptionnel.

Max Dorléans (GRS)

Fort-de-France le 15 avril 2020

 

Marcel Ozenat qui ne voit pas ce que font les autres Martiniquais pour le pays a écrit :

 

En ces temps de confinement, nous avons perdu un peu de liberté, celle d’aller et venir.

Il nous reste la plus précieuse, la liberté de penser et de s’exprimer.

Je veux donc mettre à profit ce moment pour saluer l’initiative du groupe GBH et donc celle de Bernard Hayot d’offrir des masques aux soignants.

Ce magnifique geste de solidarité impose le respect, n’en déplaise à ceux qui n’ayant pas fait grand chose pour le pays se contentent une fois de plus de commentaires assez minables.

Je ne crois pas que les soignants portant ces masques, s’épargnant ainsi la contagion et sauvant des vies se poseront des questions.

Il faut donc saluer cette nouvelle initiative de solidarité, dans le droit fil d’ailleurs de nombreuses actions menées par Bernard Hayot dans d’autres domaines, en particulier artistiques.

Tout cela exprime un attachement à ce pays Martinique et devrait faire chacun de nous se demander, surtout maintenant que nous avons le temps, ce que nous avons fait pour notre pays.

Au moment où nous devons faire plus que jamais peuple et dépasser nos petites divergences, je veux tout simplement dire très librement merci à Bernard Hayot."

Marcel Osenat

 

-------

Photo en une, Marcel Ozenat

 

 

 

 

 

 

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

Alfred Marie-Jeanne a pris contact avec le gouvernement cubain pour concrétiser l’arrivée en Martinique de médecins cubains, en renfort au Centre Hospitalier Universita

La ministre des outre-mer annonce aux étudiants qui envisagent de rentrer au pays pour les vacances, qu'ils seront soumis à une quatorzaine stricte en raison de la pand

Selon les chiffres de l'Agence Régionale de Santé de Guyane, qui annonçait mardi 2.593 cas confirmés de Covid-19, 8 décès et 15 patients en réanimation, la situation sanitaire continue à se dégrade

Pages

« 1 2 3 4 5 »

Articles récents

On a pu constater le silence des élus de ce pays Martinique, face aux violences policières exercées hier jeudi 16 juillet 2020, contre des jeunes militants anti

Le Préfet a choisi face à la capacité de courbettes de nombreux élus du pays autour de lui, de répondre par la violence à une mobilisation solidaire et pacifiqu

Selon les chiffres de l'Agence Régionale de Santé de Guyane, qui annonçait mardi 2.593 cas confirmés de Covid-19, 8 décès et 15 patients en réanimation, la situation sanitaire continue à se dégrade

Pages

« < 1 2 3 4 5 »