Parce que nous avons besoin d'une presse libre

Actualité

Pour que la vérité soit enfin faite sur la mort d’Adama Traoré, le 19 juillet dernier lors de son interpellation par les gendarmes dans le Val-d'Oise, une nouvelle marche était organisée aujourd’hui à Paris. Plus d’un millier de personnes, parents, amis d’Adama mais aussi des anonymes qui refusent le silence et l’impunité qui entourent les violences policières. Inutile d’y chercher des élus des Républicains ou du Parti Socialiste. Parmi les rares élus de la République, Danielle Simmonet, Conseillère de Paris, coordinatrice du Parti de Gauche, qui a expliqué sa présence à Dominique Bretodeau, pour Freepawol.

Freepawol : Ca semble être évident, mais pourquoi être présente aujourd’hui ?

Danièle Simonnet : « Je suis ici pour demander la justice, pour Adama, comme tous les gens présents. La police est là pour protéger les citoyens et non pas pour les mettre en danger ou leur voler la vie. Ce qui s’est passé dans cette affaire est inacceptable et monstrueux. Non seulement on lui a volé la vie, mais il y a aussi tous les mensonges autour… Ce rapport du procureur qui manifestement a falsifié la réalité, se retrouve maintenant simplement muté…

Comment peut-on tolérer une République qui organise à ce point-là la protection des complices de ce genre d’agissements. Actuellement, il y a un grand malaise profond dans la police, dû à la fois aux sous-effectifs, mais aussi à un manque absolu de formation. La police n’est pas là pour faire ce qu’elle a fait ce jour terrible qui a coûté la vie à Adama Traoré, c’est inacceptable. J’ai une autre conception de la police républicaine.

Et puis aussi, si Adama avait été un jeune homme blanc, est-ce que la même histoire se serait passée ? Tout le monde est obligé de penser à ça, arrêtons de nous voiler la face. Il y a un vrai problème de racisme dans ce pays. Qu’il faut combattre car c’est illégal et la police est là pour faire respecter la loi, et non pas pour nous mettre en danger. Je souligne la très grande force et dignité de la famille Traoré et des proches. De là où il est, je ne sais où il est, il peut être fier des gens qui l’entouraient de son vivant, car ils mènent ce combat avec une immense dignité. C’est extrêmement fort. »

Site de presse en ligne
ISSN 2726-0100

Aidez Freepawol

pour une presse libre

Dans la même rubrique...

L'Assemblée nationale a adopté mercredi 10 février 2016 le projet de révision constitutionnelle souhaité par François Hollande trois jours après les attentats du 13 novembre, par 317 voix pour, 199

En tournée africaine à Accra (Ghana), le Premier ministre de la France a, comme tous ses congénères, donné sa petite leçon de savoir vivre avec la puissance coloniale :

A peine les élections municipales passées et le maire Pierre Samot réélu à 80 ans avec 51,57 % des suffrages, une hausse des impôts de plus de 15%, était lachée sur la tête des électeu

Pages

« 3 4 5 6 7 »

Articles récents

En Martinique comme partout ailleurs sur le territoire français, l’annonce surprise du Président de la République mettant fin au confinement le 11 mai 2020,  n’a pas pr

Le Président de la République s'est enfin penché sur la Culture, l'un des secteurs des plus impacté par la pandémie.

Le Président de la République, Emmanuel Macron, a répondu favorablement à la demande du Président de la Collectivité de Saint-Barthélemy, Bruno Magras et de la Préfète

Catherine Conconne s'est abstenue, Maurice Antiste inscrit dans le même Groupe ( Socialistes et Républicains), a voté contre.

La ministre des outre-mer annonce aux étudiants qui envisagent de rentrer au pays pour les vacances, qu'ils seront soumis à une quatorzaine stricte en raison de la pand

Pages

« < 3 4 5 6 7 »